Mieux cibler les tumeurs cancéreuses avec des nanoparticules spécifiques encapsulant des anticorps thérapeutiques

À la une
Recherche

Une méta-analyse du groupe de Jacky Goetz du CRBS (Tumor Biomechanics, unité Inserm 1109/Unistra) a mis en évidence la meilleure formulation de 3 types de nanoparticules qui encapsulent les anticorps monoclonaux traitant les cancers. Cette étude publiée dans Advanced Materials permet ainsi de déterminer comment mieux cibler les tumeurs et potentiellement de disposer de traitements anti-cancéreux plus efficaces.

Améliorer la sélectivité de la délivrance des chimiothérapies pour réduire les effets indésirables est essentiel à l’amélioration du traitement des patients atteints de cancer. L’alliance entre la sélectivité de ciblage des anticorps ou de leurs fragments et le fort taux d’encapsulation de molécules thérapeutique dans les nanoparticules (NP) est une des solutions actuellement à l’étude. Cependant, certaines questions pharmacologiques subsistent.

Vincent Mittelheisser, doctorant au sein du groupe Tumor Biomechanics dirigé par Jacky Goetz (unité Inserm 1109/Unistra) et ses collaborateurs ont identifié les paramètres physicochimiques optimaux pour 3 types de nanoparticules (inorganiques/organiques, polymériques et lipidiques) conjugués à des anticorps monoclonaux ou à des fragments d’anticorps. Cette perspective publiée dans Advanced Materials a ainsi permis de déterminer les couples optimaux afin d’obtenir le meilleur ciblage tumoral possible : NPs inorganiques/organiques et polymériques ciblées par des anticorps monoclonaux ; NPs lipidiques ciblées par des fragments d’anticorps.

Cette étude montre que les paramètres pharmacocinétiques et de biodistribution sont dictés par les nanoparticules indépendamment de l’utilisation d’anticorps monoclonaux ou de fragments d’anticorps, confirmant l’importance d’optimiser la conception des NPs pour améliorer la délivrance à la tumeur. Si des essais cliniques de phase I et II ont montré l’innocuité de cette approche, son intérêt thérapeutique par rapport à son coût de production reste à étudier dans des essais cliniques de phase III.

 

Source : V. Mittelheisser, P. Coliat, E. Moeglin, L. Goepp, J.G. Goetz, L.J. Charbonnière, X. Pivot, A. Detappe. Optimal physicochemical properties of antibody-nanoparticle conjugates for improved tumor targeting. Adv. Mater.2022, 2110305. https://doi.org/10.1002/adma.202110305

Contact : Jacky Goetz, jacky.goetz[at]inserm.fr