Un nouveau gène pour prédire l’échec d’une greffe de rein

À la une
Recherche

Dans une étude parue dans Nature Medecine, des scientifiques du laboratoire Immunologie et rhumatologie moléculaire (unité Inserm 1109/Unistra) et leurs partenaires du laboratoire d’excellence Transplantex, rapportent que le gène MICA est un nouveau gène d’histocompatibilité, c’est-à-dire qu’il permet de mieux expliquer et prédire le succès ou l’échec d’une greffe de rein.

Actuellement, la greffe de rein est l’unique traitement curatif pour les personnes souffrant d’insuffisance rénale terminale, mais cette intervention n’est pas toujours un succès car le greffon peut être rejeté par l’organisme du patient. Afin de diminuer le risque de rejet, les médecins peuvent aujourd’hui s’intéresser à un certain nombre de paramètres génétiques et immunologiques pour évaluer l’histocompatibilité entre donneur et receveur, c’est-à-dire le degré de compatibilité de leurs organes et de leurs tissus. Toutefois, les rejets sont toujours fréquents et beaucoup demeurent inexpliqués.

> Lire le communiqué de presse

 

Source :  Carapito, R., Aouadi, I., Verniquet, M. et al.The MHC class I MICA gene is a histocompatibility antigen in kidney transplantation. Nat Med (2022). https://doi.org/10.1038/s41591-022-01725-2

 

Contact : Seiamak Bahram : siamak[at]unistra.fr